Comment savoir si l'on est amoureux de Jésus ?

Cela fait maintenant bien 3 années que je me suis engagé avec le Seigneur. Tout a commencé quand j’ai enfin compris que sans Dieu je n’étais rien, compris qu’un homme ne pourrait pas faire mon bonheur, compris que Jésus est le chemin. Je me suis souvenu que mon cantique préféré était « à Jésus je m’abandonne ».

un enfant

Paroles pleines de sens que j’ai alors chanté et cela a été le début de ma vie. Je rencontrais le Christ, je voulais Le connaître, je m’en remettais entre Ses mains. Et c’était que du bonheur. Mais depuis quelques semaines (quelques mois ?), c’est un peu comme si j’avais perdu mon 1er amour (Apocalypse 2:4). Comment je le sais ? Je vais vous l’expliquer. Mais avant cela, je veux vous dire que malgré tout je n’ai pas cessé de sentir la main de Dieu sur moi. Premièrement, je suis merveilleusement bien entouré, et je reconnais que c’est un véritable cadeau de l’Eternel. Mon papa céleste m’a comblé, Il m’a donné tout ce que mon cœur désirait. Car je ne cessais de réclamer cette promesse : « Fais de l’Eternel tes délices et Il te donnera ce que ton cœur désire » (Psaumes 37:4).

Et pourtant, j’avais vraiment cette impression que malgré l’amour dont Dieu me faisait part, je m’enfonçais de plus en plus, je m’éloignais de plus en plus. Deuxièmement, un sabbat matin le sujet de la prédication était comment savoir que tu as perdu ton 1er amour ? Et même avant que le message ne commence je savais que l’Eternel voulait me parler. Et je me suis dit Ah même lorsque je m’enfonce, l’Eternel Lui ne lâche pas ma main. Je vais donc vous dire comment je savais que j’avais perdu mon 1er amour.

1. Je ne faisais plus ce que j’avais pris l’habitude de faire avant. Eh oui, cela me désolait énormément mais peu importe le nombre de réveil que je mettais, je n’arrivais pas à me lever le matin. Je ne faisais plus mon culte matinal comme j’avais l’habitude de le faire. Je ne méditais plus comme j’avais l’habitude de le faire.

2. Mes pensées n’étaient pas tournées vers les choses spirituelles. Hélas ! Mon temps ne servait plus à contempler les choses célestes ou à me questionner sur la personne de Jésus. Non, je m’inquiétais des choses temporelles en oubliant ma destination céleste et que l’Eternel tient le monde dans ses mains. (2 Corinthiens 4:18).

3. Plus le temps passait et plus je luttais pour me lever, plus je me disais mais pourquoi ? Que se passe-t-il je n’y arriverai pas. De même, nous avons parfois tendance à nous dire je ne pourrai pas avoir la victoire sur ce péché. Je n’arriverai jamais à arrêter et à finir par nous complaire dedans. Alors que Jésus à la croix à remporter la victoire. Sa mort a-t-elle été vaine ? Certainement pas ! (Colossiens 2:15).

4. Je ne prenais plus le même plaisir à partager la Parole, à aider ceux qui avaient besoin de Jésus. Car j’étais moi-même en train de lutter. Mais garder le silence, c’est Dieu qui combat pour vous. (Exode 14:14).

D’autres attitudes nous permettent de savoir que nous avons perdu notre 1er amour tel que le fait de considérer que la loi de Dieu est une restriction (Jacques 2:12), ou bien être pressé d’en finir avec le temps de prière ou de méditation, pressé de sortir de la présence de Dieu, ou bien de refuser de pardonner à ceux qui nous ont offensé (1 Jean 4:20-21). Lorsque nous faisons une introspection, nous pouvons facilement nous apercevoir quand notre relation avec Dieu, n’est plus ce qu’elle était. Peut-être, que tu t’es reconnu, alors continue de lire.

Je suis le genre de personne qui lutte seul, et tous les jours c’était le même combat. Je lisais de moins en moins, mes prières étaient de plus en plus rapides. Et tous les jours c’était la panique « je n’ai pas réussi à me lever pour prier mais c’est pas possible, etc. » Et je culpabilisais. Et un jour, une jeune femme m’a demandé comment j’allais. J’aurai pu comme d’habitude dire « ça va ». Mais j’ai continué en disant que je luttais spirituellement mais que je m’accrochais. Et elle m’a répondu si je voulais en parler. Moi qui préfère lutter seule, j’ai répondu que je voulais bien qu’elle prie pour moi. Et je me suis confié. Et figurez-vous, que cette jeune femme luttait aussi. D’une simple prise de nouvelles, nous avons commencé à prier l’une pour l’autre. Et je peux vous dire qu’une fois de plus, cela a été une merveilleuse expérience avec notre Père céleste.

Elle priait pour moi et m’envoyait des exhortations. Et un jour elle m’a dit que Dieu l’avait exaucé et que de nouveau elle avait le goût pour l’étude de la Parole. Puis elle m’a laissé cette promesse : Il produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir (Philippiens 2:13). Et d’un coup cela a résonné en moi. Je me suis rappelé que c’est Dieu qui allait mettre l’amour pour Lui dans mon cœur. Et j’ai aussi compris que tout ne se faisait pas d’un coup, mais petit à petit, un jour à la fois, de sanctification EN sanctification (1 Pierre 1:5-9). J’ai pris conscience qu’à force de persévérer, j’aurais la victoire en Jésus. J’ai aussi compris l’importance de l’unité, de la communion fraternelle. Deux valent mieux qu’un car ils sont plus forts (Ecclésiaste 4:9-10). Et je vous en parlerai davantage à un autre moment.

La lutte n’est pas finie mais vous savez quoi ? En Jésus, je suis plus que vainqueur car la victoire Il l’a obtenu à la croix pour MOI. Pour qui ? Pour moi, pour vous, pour nous, pour le monde. Et je ne cesserai jamais de m’abandonner entre Ses mains car mon Dieu m’a démontré à plusieurs reprises qu’Il ne me laisserait pas tomber. Et vous savez quoi ? « Ni la mort, ni la vie, ni les dominations ne nous sépareront de l’amour de Dieu en Jésus-Christ. » (Romains 8:38-39). Je dis AMEN. A votre tour, allez le Dire Au Monde.

← Retour au blog

Articles Connexes

Dire Au Monde © 2017 - Tout droits réservés | Etudes Bibliques | Séminaires | Formations | Site internet réalisé par le ministère Dire Au Monde pour la gloire de Dieu