Dire Au Monde Blog Croissance spirituelle Avoir un cœur d’enfant

Avoir un cœur d’enfant

Il y’a quelques semaines maintenant, un ami faisait la présentation d’une femme qu’il considère énormément. Dans cette description, un qualificatif qu’il a utilisé a retenu particulièrement mon attention : “elle a un cœur d’enfant”. Dieu voulait m’interpeller sur cette partie. En lisant la description, je me suis arrêtée sur ces mots et me suis demandée pourquoi il mettait cette caractéristique en avant. En réfléchissant, j’ai eu ma réponse et me suis dit mais oui, c’est vrai, c’est important ! Jésus lui-même nous dit que le royaume des cieux appartient à ceux qui ressemblent aux petits enfants (Matthieu 18:3). Sachant au fond de moi que je ne ressemblais pas à un petit enfant et prenant à l’instant conscience de l’importance de cela, il fallait que je demande ce que cela signifiait. Seuls ceux qui ressemblent aux petits enfants hériteront du royaume des cieux… C’est ce qui m’a poussé à partager ces quelques mots avec vous. Chacun doit faire ce travail de réflexion personnellement. Pour appuyer votre réflexion, vous pourrez vous référer aux textes suivants : Matthieu 18:1-6, Luc 9:46-48, Marc 9:34-37.

L’humilité

Devenir comme un petit enfant c’est devenir humble, et arrêter de rechercher la 1ère place. En effet, Jésus nous dit en Matthieu 18:4 que pour être le plus grand dans le royaume des cieux, il faut devenir humble comme un petit enfant. Et ça, c’est quelque chose. Dans tellement de versets de la Bible, Dieu nous invite à l’humilité, où Il nous dit qu’Il résiste aux orgueilleux (Jacques 4:6 ; Jérémie 13:15 ; Esaïe 2:17). Et pourtant la 1ère voire unique cause de discorde, de division dans nos relations, nos familles, nos ministères … est l’orgueil. Nous voulons à tout prix, prouver qui nous sommes alors que c’est Dieu qui élève. Qu’est-ce que j’aime l’histoire d’Haman et Mardochée qui démontre la Toute-puissance de l’Eternel et que c’est lui qui nous élève et nous place aux rangs de rois et reines.

La dépendance / L’écoute

Il faut savoir que l’humilité est indispensable lorsque nous sommes enfant de Dieu. En effet, comment pourrions-nous voir Dieu agir avec puissance lorsque nous sommes trop grands pour écouter ? L’enfant a tout à apprendre de ses parents, de ses professeurs, du monde qui l’entoure. L’enfant est dépendant mais n’est pas gêné par cette dépendance car c’est sa nature qui veut ça. L’enfant est constamment prêt à apprendre de qui veut bien l’enseigner. Et devinez quoi ? Pour apprendre, il faut être à l’écoute et reconnaître que je ne sais pas tout et que je peux toujours apprendre de l’autre. La question que nous devons nous poser est la suivante : Suis-je à l’écoute ? Est-ce que je pense tout savoir de manière générale ou même d’un sujet tout précis ? Est-ce que je me suis déjà dit en voyant telle ou telle personne, étant mieux qu’elle, je ne pourrais rien apprendre d’elle ? N’ai-je de leçons à recevoir de personne ?  Si tu as pu répondre oui à l’une de ces questions, je te laisse méditer sur le verset suivant : “Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître” (1 Corinthiens 8:2).

La foi

L’enfant écoute et en plus d’écouter il croit et ne doute pas. Je fais partie de ces personnes qui ne supporte pas le manque de fiabilité. Pourquoi ? Car étant enfant, lorsqu’on me disait une chose, j’étais sûre qu’elle arriverait même quand cette chose n’était pas arrivée 1 fois, 2 fois, 3 fois. Je continuais à y croire et à attendre. C’est ça l’enfance et c’est pour cela qu’on peut parler de la petite souris à nos enfants quand ils perdent leurs dents car ils ont foi en nous et pourtant ils ne l’ont jamais vu. Dans Marc2:5, Jésus voit la foi du paralytique puis s’adresse à lui en l’appelant mon enfant. Je crois que Jésus choisit chacun de ses mots avec précision et qu’Il ne laisse aucune place au hasard. Dieu souhaite que nous ayons la foi comme les petits enfants. Il veut que nous arrivions à ce degré de foi où nous savons que nous avons déjà même sans voir l’accomplissement (1 Jean 5:15). C’est par la foi que Dieu nous sauve, nous guérit, nous délivre. Pensez-y !

L’imitation

Et si nous parlions maintenant de l’imitation. Nous avons tous au moins une fois entendu les expressions : “les chiens ne font pas des chats” ou “telle mère, telle fille.” Ces expressions font référence au fait que bien souvent les enfants ont les mêmes habitudes que leurs parents. Pensez-vous qu’il s’agisse d’un hasard ? Personnellement, je ne crois pas. Les enfants imitent, reproduisent ce qu’ils voient, cela fait partie de leur apprentissage. Eh oui, nous en revenons au même point l’enfant a tout à apprendre. De même que l’enfant imite ses parents ce qui lui permet d’apprendre, nous sommes appelés à être les imitateurs de Dieu (Ephésiens 5:1, 2).

L’obéissance

L’obéissance est également associée à l’enfant. En effet, les enfants sont appelés à obéir à leurs parents (Ephésiens 6:1 ; 1 Pierre 1:14). De même, notre Père céleste nous demande de lui obéir même lorsque nous ne comprenons pas. L’enfant lorsque ses parents lui disent de ne pas toucher au feu, il ne comprend pas mais il doit obéir. Ses parents savent que le feu brûle et veulent lui éviter la souffrance. De même, pour nous et notre Père céleste, il veut nous éviter la souffrance et veut notre bonheur et pour cela, il nous dit Gardez mes commandements, non par peur mais par amour (Jean 14:15). Pensez à Naaman qui a dû obéir pour être guéri de la lèpre même s’il trouvait cela absurde (2 Rois 5). Dieu ne nous demande pas de faire les choses à notre manière mais de lui obéir. Pensez également à Esther qui a obéi à Mardochée en ne révélant pas de quel peuple elle était et Dieu les a élevés.

Tout ce qu’Il possède vient de ses parents

Pour finir sur cette réflexion, nous pouvons noter que tout ce que l’enfant possède appartient à ses parents. Il n’a rien à lui ou qu’il puisse obtenir de lui-même, il est dépendant. L’enfant n’aurait donc pas de crainte à laisser ses jouets pour suivre ses parents. En effet, tout ce que l’enfant possède, a appris, lui vient de ses parents, alors pourquoi craindrait-il de suivre ses parents qui lui ont tout donné. Je fais ici référence à l’histoire du jeune riche qui vient voir Jésus et lui demande comment hériter de la vie éternelle (Matthieu 19:13-22). Jésus lui dit dans un second temps de vendre tous ses biens. Il était triste d’obtenir une réponse comme celle-ci car il avait beaucoup de biens. Et nous, demandons-nous comment nous réagirions ? Ferions-nous comme l’enfant qui sait que de toute façon tout lui vient de ses parents. Et si jusqu’aujourd’hui ses parents ont pu lui offrir toutes ces choses, ils continueront certainement. Ou penserons-nous que tout ce que nous avons nous l’avons acquis de notre propre force. Préférerons-nous les choses que notre Père céleste a rendu possible dans nos vies ou préférerons-nous sa présence. Pour terminer, sachons que l’enfant aime la présence de ses parents plus que tout. Ils sont même parfois comme des “pots de colle”.

Recherchons à ressembler aux petits enfants sans quoi, nous ne verrons pas le royaume des cieux. Faisons de cela un sujet de prière et surtout si nous avons pris conscience de l’importance de ce sujet, allons le Dire Au Monde.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *